AteliersSorties

Sortie découverte des plantes sauvages comestibles et médicinales

Le dimanche 24 juin, à 10h00, nous partirons à l’aventure dans notre environnement immédiat. Guidés par un connaisseur permaculteur, nous marcherons en quête de ces plantes sauvages qu’on piétine alors qu’on pourrait les manger ! La Brie est encore verte, en témoigne ce beau projet de Parc Naturel Régional de la Brie et des deux Morin, mais nous autres habitants modernes habitués des supermarchés, on ne sait plus en profiter. Le Café Asso va tenter de participer de cet élan pour y remédier.

Autant sortie découverte qu’atelier participatif, ce moment convivial dans la nature permettra à nos corps de se mouvoir en dehors des sentiers, de poser nos regards sur les endroits et la flore esseulés, d’apprendre à mieux les considérer, à les protéger. Trouvera-t-on du houblon à préparer comme des asperges ? Saurons-nous caresser l’ortie sans qu’il nous donne de l’urticaire ? Imaginerons-nous décorer nos salades avec des feuilles de pâquerettes ? Croiserons-nous quelque sureau noir ou rouge dont les feuilles et les fleurs peuvent être préparées en beurre ? Tomberons-nous sur un ours en cherchant l’ail éponyme entièrement comestible ? Restera-t-il du pissenlit diurétique aux fleurs dont, paraît-il, on peut faire un miel ? Mélisse citronnée, violette, lierre terrestre… les possibilités et les couleurs et les odeurs sont innombrables et à notre portée !

Et puis, selon l’énergie régnant au local ce jour-là, selon le degré de connaissance et de folie des participants, il sera peut-être ensuite temps d’essayer, concrètement, de les cuisiner, ces plantes, de les nettoyer ou de les exploiter en notre demeure collective. Un conseil donc, amenez votre panier en osier. Et si vous n’en avez pas, il n’est peut-être pas trop tard pour contacter cet ancien d’un des villages voisins, pour qui la vannerie n’a plus de secret. Vous pouvez aussi nous aider à le rencontrer, nous transmettre ses coordonnées, ou bien l’inviter si vous le connaissez, car à vrai dire, nous n’en savons pas plus à son sujet…

Ce serait aussi l’occasion de reparler de ce projet dammartinois d’incroyables comestibles, et d’informer sur cet autre projet en développement celui-là de potagers partagés sur Crécy-la-Chapelle que Le Café Asso, Culture et Loisirs et le Secours catholique s’attellent quotidiennement à faire germer

C’est sûr, le 24 juin, nous éclaircirons bien des mystères !

Aventureusement vôtre,
Pierre-Arnaud, pour le Café Asso

_
Photo d’illustration principale : Fleur d’eau salée, par Martine, sous Creative Commons BY-NC

Nom latin : Aster tripolium L.
Nom Français : Aster maritime
Nom(s) vernaculaire(s) : Aster maritime
Confusions possibles: Aucune
Floraison : Juillet-septembre
Elle est également appelée oreille de cochon.
La plante pousse au bord de la mer, dans les marais salants.

C’est une plante à fleur bisannuelle halophile typique des marais salés de 20 à 60 cm de haut possédant des fleurs groupées en capitules. Les fleurs du centre (tubes) sont jaunes, les fleurs en languettes, périphériques des capitules (ligulées, improprement appelées pétales) sont lilas à blanc. L’inflorescence est un corymbe de capitules.

Elle fleurit en été et au début de l’automne sur les falaises et dans les prés-salés. Les feuilles sont vertes à nervure centrale marquée ; les radicales ovales, les caulinaires lancéolées et étroites. Très ramifiées, ses tiges sont glabres et charnues. Elle est comestible crue ou cuite surtout en période juvénile (taille de la feuille de 5 à 20 cm). C’est dans cet état qu’elle ressemblerait « presque » à une oreille de cochon. Elle se cuisine très facilement et se marie avec toutes viandes et poissons.

_
Pour commencer d’aller plus loin : cet article sur Consoglobe traitant de 14 plantes sauvages comestibles

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :